Ma boutique préférée
Archives
samedi 12 septembre 2015

A quoi bon?

Il ne faut pas avoir peur de l'utopie.  J'aime bien redire: quand on rêve seul, ce n'est encore qu'un rêve, quand on rêve à plusieurs, c'est déjà la réalité.  L'utopie partagée est le ressort de l'histoire.  Il ne faut pas avoir peur de n'être qu'une goutte d'eau.  Ce sont des gouttes d'eau rassemblées qui font les ruisseaux, les fleuves, les océans.  Et il faut se souvenir qu'à la source il n'y a pas beaucoup de gouttes d'eau rassemblées.

Il ne faut pas avoir peur d'être impuissant devant la toute-puissance des dirigeants et des gouvernements.  Ils passent, le peuple reste, et un jour vient, forcément, où ils ont intérêt à tenir compte de ce qui intéresse le peuple.  Bien sûr, pas dans les dictatures.  C'est pourquoi il est toujours important pour la marche des idées de combattre les dictatures.

Il ne faut pas avoir peur d'être naïf devant la science des savants et des spécialistes.  Qu'est-ce qu'un spécialiste ou un savant, sinon un naïf qui a travaillé?  L'étude et le travail lui permettent d'élaborer et de proposer des théories.  Mais il n'est pas nécessaire de formuler des théories pour imaginer et vivre la justice et la solidarité.  Avec un Lech Walesa ou une mère Teresa, les nïfs du monde entier ont des modèles de l'audace inventive, généreuse et sans complexe.

Dom Helder Camara

ZZZ-SIGNATURE

Posté par Anaxandre à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


samedi 5 septembre 2015

Si

Si tu peux être en paix alors qu'autour de toi

Tous ont perdu la tête et t'en jettent le blâme,

Si tu peux t'affirmer quand tous doutent de toi

Mais comprendre leur doute au tréfonds de ton âme,

Si tu peux patienter sans que pèse l'attente

Ou subir le mensonge et ne jamais mentir,

Ou supporter la haine et ne jamais haïr,

Sans paraître trop bon, sans paroles savantes;

 

Si tu peux faire un rêve sans qu'il te domine

Et si tu peux penser mais n'être pas penseur,

Si tu peux affronter le triomphe et la ruine

En tenant pour égaux ces deux grands imposteurs,

Si tu peux entendre ta propre vérité

Faussée par des coquins pour égarer les sots,

Voir l'oeuvre de ta vie sombrer dans le chaos

Et puis la rebâtir de tes outils brisés;

 

Si tu peux devant toi tous tes biens entasser

Et sur un coup de dés risquer de t'en défaire,

Les perdre en un instant et tout recommencer

Sans jamais souffler mot de ce destin contraire,

Si tu peux forcer ton coeur, tes nerfs, tes tendons

Depuis longtemps fourbus à servir jusqu'au bout

Et ne pas vaciller lorsque, vidé de tout,

Ta seule Volonté leur enjoint: "Tenez bon!"

 

Si tu peux dans la foule épargner ta vertu

Ou aux côtés des rois garder le sens commun,

Par rivaux ou amis n'être pas abattu,

Si chacun à tes yeux compte comme un humain,

Si, face au Temps cruel, tu peux sans artifice

User de chaque instant pour continuer ta course,

Tu auras en tes mains le monde et ses ressources

Et, plus que tout, tu seras un homme mon fils!

 

Rudyard Kipling

ZZZ-SIGNATURE

Posté par Anaxandre à 13:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

samedi 29 août 2015

Bien faire ce que l'on fait

De toutes parts, nous sommes appelés à travailler sans repos afin d'exceller dans notre carrière.

Tout le monde n'est pas fait pour un travail spécialisé; moins encore parviennent aux hauteurs du génie dans les arts et les sciences; beaucoup sont appelés à être des travailleurs dans les usines, les champs et les rues.

Mais il n'y a pas de travail insignifiant.

Tout travail qui aide l'humanité a de la dignité et de l'importance; il doit donc être entrepris avec une perfection qui ne recule pas devant la peine.

Celui qui est appelé à être balayeur des rues doit balayer comme Michel-Ange peignait ou comme Beethoven composait ou comme Shakespeare écrivait.  Il doit balayer les rues si parfaitement que les hôtes des cieux et de la terre s'arrêteront pour dire: "Ici vécut un grand balayeur des rues qui fit bien son travail.".

C'est ce que voulait dire Douglas Mallock quand il écrivait:

"Si tu ne peux être pin au-dessus du coteau

Sois broussaille dans la vallée,

Mais sois la meilleure petite broussaille

Au bord du ruisseau.

Sois buisson, si tu ne peux être arbre.

Si tu ne peux être route, sois entier;

Si tu ne peux être soleil, sois étoile;

Ce n'est point par la taille que tu vaincras;

Sois le meilleur, quoi que tu sois."

Examinez-vous sérieusement afin de découvrir ce pour quoi vous êtes faits et alors donnez-vous avec passion à son exécution.

Ce programme clair conduit à la réalisation de soi dans la longueur d'une vie d'homme.

Martin Luther King

ZZZ-SIGNATURE

Posté par Anaxandre à 10:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

samedi 22 août 2015

Les héros anonymes

Il serait facile de compter pour rien celui qui n'a ni grands péchés, ni grandes vertus, incapable de grandes lâchetés aussi bien que d'actes de courage.  Il veut vivre tranquille, en paix avec les siens.  Il est tentant de lui appliquer la parole terrible de la Bible: "Dieu vomit les tièdes".

S'il est vrai que l'homme moyen n'a pas la vocation de l'héroïsme pour courir au danger ou braver le martyre, il est vrai aussi que sa vie quotidienne est faite de sacrifices et d'héroïsmes anonymes.  Le chauffeur de taxi qui, dans son petit village de province, pourvoit à l'éducation de ses huit enfants; l'épouse du petit fonctionnaire qui fait des prodiges pour ajouter au salaire de son mari ce qui est nécessaire pour élever ses deux enfants et le troisième qui va venir; la jeune fille qui ne s'est pas mariée mais qui adopte ses onze neveux, les enfants de ses deux frères...

C'est ce qu'on appelait au Moyen-Age le "Martyre Blanc": anonyme, incognito, discret.  Des cas comme ceux-là, on en citerait à n'en pus finir.

Sans le sacrifice de ceux qui restent dans l'ombre, voués à la tâche ingrate du quotidien, perdus dans le gris du jour, est-ce que d'autres pourraient se consacrer aux problèmes de la grande famille humaine?

Pendant que l'homme moyen mange le pain de la monotonie - les mêmes visages, les mêmes voix, les mêmes soucis, la même maison - d'autres se dépensent sans compter, sans mesurer; ils acceptent la corvée, mais en général ils sont remarqués.

Il serait injuste de mépriser l'humanité moyenne, qui est la plus nombreuse.  Il faut établir une alliance profonde entre cette humanité moyenne et le combattant du front.  Il faut reconnaître - et pas par calcul, mais en toute justice - la valeur de l'héroïsme anonyme, du martyre blanc.

Dom Helder CAMARA

ZZZ-SIGNATURE

Posté par Anaxandre à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 15 août 2015

Dieu a besoin des hommes... et les hommes ont besoin de Dieu

Dieu seul peut créer

mais il t'appartient de mettre en valeur ce qu'il crée.

Dieu seul peut donner la vie

mais il t'appartient de la transmettre et de la respecter.

Dieu seul peut donner la croissance

mais il t'appartient de guider et d'orienter.

Dieu seul peut donner d'espérer

mais il t'appartient de redonner confiance à ton frère.

Dieu seul peut donner de croire

mais il t'appartient d'être signe de Dieu pour ton frère.

Dieu seul peut donner d'aimer

mais il t'appartient d'apprendre à aimer ton frère.

Dieu seul peut donner la paix

mais il t'appartient de réunir.

Dieu seul peut donner la force

mais il t'appartient de soutenir.

Dieu seul peut donner la joie

mais il t'appartient de sourire.

Dieu seul est la Vie

mais il t'appartient de redonner soif à ton frère.

Dieu seul est la Voie

mais il t'appartient de la montrer à ton frère.

Dieu seul est la Lumière

mais il t'appartient de la faire briller pour ton frère.

Dieu seul peut faire l'impossible

mais il t'appartient de faire tout ton possible.

Dieu seul se suffit à lui-même

mais il t'appartient de l'aider.

Il a voulu avoir besoin de chacun de nous.

ZZZ-SIGNATURE

Posté par Anaxandre à 10:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


samedi 8 août 2015

Croire à ce que l'on a choisi

Quand on a choisi de faire quelque chose

Il faut, je dis bien il faut

Aller jusqu'au bout...

Et, avant de choisir,

Il faut, je dis bien il faut

Savoir ce que l'on fait.

Trop d'erreurs

Trop de fuites

Trop de lâchetés

Trop de "oui, oui"

Mais pas de vrai oui

Seul, unique

Tous les jours répété

En serrant parfois les dents

Pour qu'il ne s'échappe pas de votre bouche.

Ce oui ou ce non

Qu'il faut serrer contre soi

Porter comme un trésor à défendre

A travers le feu, à travers la pluie et le brouillard

Ce oui ou ce non qui,

Prolongé jusqu'au bout

Finit par tenir debout,

C'est ce que l'on nomme la foi.

Croire à ce que l'on a choisi,

L'inscrire dans sa vie

Sans se dérober

Ni chercher d'excuse.

 

Pierre Imberdis, "Même si..."

ZZZ-SIGNATURE

Posté par Anaxandre à 10:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

samedi 1 août 2015

Ecrit en pleine bataille

A Champs, l'orde d'évacuer avait été donné, bien avant midi, à tous les habitants.  En colonne, ceux-ci gagnèrent Hemroulle, et plus tard, Fays-les-Veneurs.  Une quinzaine de personnes, rassemblées chez Giot et Lockman, échappèrent à cet ordre de l'autorité américaine.

Malgré leurs échecs, les Allemands harcelèrent encore Champs.

La veille du Nouvel An, deux de leurs chars furent détruits, route de Mande-Saint-Etienne, devant la maison Jacqmin.  Le 4 janvier, des fantassins pénétrèrent à nouveau dans les premières maisons du village.  Ils ne tardèrent pas à en être délogés.  L'école avait particulièrement souffert de la bataille.  Autour du bâtiment, une demi-douzaine d'allemands avaient été surpris par la mitraille.

A la mi-janvier, rentrant dans sa classe dévastée, Monsieur Schmitz, instituteur, découvrit un message, inscrit en hâte au tableau par un officier allemand.  Un message rédigé rapidement, nerveusement, entre deux assauts, deux rafales de mitrailleuse, entre la vie et la mort...

"Que jamais plus le monde ne vive semblable nuit de Noël!  Mourir par les armes, loin de ses enfants, de son épouse et de sa mère, rien de plus cruel.  Ravir un fils à sa mère, un mari à son épouse, un père à ses enfants, est-ce digne d'un être humain?  La vie ne peut être donnée et acceptée que pour s'aimer et se respecter.  C'est du tableau des ruines, du sang et de la mort que naîtra sans doute la fraternité universelle."

ZZZ-SIGNATURE

Posté par Anaxandre à 10:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

samedi 25 juillet 2015

Citations

"On devient grand le jour où on commence à battre papa au golf.  On devient adulte le jour où on le laisse gagner."

"Découvrir consiste à voir comme tout le monde et à réfléchir comme personne."  Albert Szent Gyôrgyi

"Deviens ce que tu es.  Fais ce que toi seul peut faire."  Friedrich Nietzsche

"Il faudrait naître vieux, débuter par la sagesse puis décider de son destin."  Ana Blandiana

"La sagesse est d'être fou lorsque les circonstances en valent la peine."  Jean Cocteau

"Le risque, c'est la vie même.  On ne peut risquer que sa vie.  Et si on ne la risque pas, on ne vit pas."  Amélie Nothomb

ZZZ-SIGNATURE

Posté par Anaxandre à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 18 juillet 2015

Citations

"Le rôle de tout être humain, c'est de faire la preuve que le monde n'est pas sans raison."  Abbé Pierre

"Personne n'est sain d'esprit s'il ne sait être fou à l'occasion."  Henry Ward Beecher

"Il faut savoir ce que l'on veut.  Quand on le sait, il faut avoir le courage de le dire.  Quand on le dit, il faut avoir le courage de le faire."  Georges Clémenceau

"Un homme sans culture ressemble a un zèbre sans rayures."  Proverbe africain

"Tant que la couleur de la peau sera plus importante que celle des yeux, nous ne connaîtrons pas la paix."  Hailé Sélassié

"L'égoïsme est la rouille du moi."  Victor Hugo

"Sept fois à terre, huit fois debout."  Proverbe japonais

ZZZ-SIGNATURE

Posté par Anaxandre à 10:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

samedi 11 juillet 2015

Citations

"Amoureux est celui qui, en courant dans la neige, n'y laisse pas la trace de ses pas."  Proverbe turc

"L'erreur est humaine.  Persévérer est diabolique."  Proverbe latin

"Les entreprises qui réussissent sont celles qui ont une âme."  Jean-Louis Brault

"Les meilleurs professeurs sont ceux qui savent se transformer en ponts et qui invitent leurs élèves à les franchir."  Nikos Kazantzakis

"La vocation, c'est avoir pour métier sa passion."  Stendhal

"L'ordinateur a de la mémoire mais aucun souvenir."

ZZZ-SIGNATURE

Posté par Anaxandre à 10:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]