Toutes les souffrances aiguës ou sourdes, toutes les amertumes, les humiliations, tous les chagrins, les haines, les désespoirs de ce monde, sont une faim inapaisée.  Faim de pain, faim de secours, faim d'amour.

Depuis le petit garçon qui pleure à gros sanglots parce que sa mère énervée l'a frappé sans raison jusqu'au trop vieux grand-père que ses petit-fils oublient maintenant d'embrasser;

Depuis la jeune fille laide qui reste seule dans son coin, jusqu'à l'épouse que son mari ne regarde jamais plus, jusqu'à la femme abandonnée qui se jette dans la Seine;

Depuis l'ami dont l'ami a manqué exprès le rendez-vous, jusqu'au garçon de vingt ans qui meurt seul la nuit dans son lit d'hôpital pendant que l'infirmière boit du café à la cuisine;

Depuis le petit de l'assistance publique, jusqu'à l'homme qu'on va guillotiner,

Tous ont souffert d'un manque, d'une lésinerie d'amour.

Chacun doit avoir droit à un morceau de la vie et du coeur d'un autre, que cet autre lui a refusé.

Chacun avait besoin pour vivre de ce qu'un autre a réservé pour soi, qui lui était inutile et qui s'est gâté faute d'emploi.

Isabelle Rivière

ZZZ-SIGNATURE